La déclaration du Conseil au sujet de la violence 16 - 8-2013

Communiqué de Presse

 Les membres du Secrétariat général du Conseil National des Droits de l’Homme (CNDH) condamnent la violence des groupes liés à la Confrérie des Frères Musulmans et aux partisans du président déstitué Mohamed Morsi.

Vendredi 16 aout 2013

Les membres du SG du CNDH dans le cadre de leur suivi direct des accrochages survenus à la suite de la dispersion des sits-in à Rabaa El-Adawiya et El-Nahda affirment que ces groupes armés :

-          Ont pillé et volé des dizaines de commissariats de police et des postes de contrôle militaire.

-          Sont accusés d’homicide volontaire contre des officiers de police et de lynchage de leurs cadavres.

-          Ont mis le feu dans des bâtiments des institutions gouvernementales, des églises, des maisons et des magasins appartenant  à des coptes Egyptiens.

-          Ont bloqué la circulation sur les rues , routes principales et autoroutes internationales.

-          Ont tenté d’exploser le trafic ferroviaire et du métro.

Les membres du SG du CNDH considèrent ces actes comme des crimes organisés contre le pays et les citoyens qui s’opposent aux conventions des droits de l’Homme et qui se sont égarés du caractère pacifique des manifestations.

Ils indiquent que ces actes criminels ont été largement diffusé en direct via les médias et vu par des témoins oculaires parmi les membres du SG qui réaffirment établir des commissions d’enquête dans le cadre du mandat du CNDH , une fois le nouveau conseil formé en vertu du décret ministériel.

Les membres du SG regrettent le sang qui a coulé, condamne vertement ces actes criminels perpétrés par des hors-la -loi et qui constituent une violation flagrante des droits universels de l’Homme.

Les membres du SG appellent à l’arrêt immédiat de ces pratiques et à faire valoir les intérêts du pays, à ouvrir des enquêtes sur les conditions liées aux sits-in et à l’escalade de la violence qui a causé ce nombre de victimes .

 

Enfin, les membres du SG appellent les organisations internationales  concernées par les droits de l’Homme ainsi que les INDH à « une lecture réelle » des évènements survenus  dans un pays dont - menacent des groupes armés sa sécurité et sa stabilité, violent le droit des citoyens à la vie - et exhortent ces organisations à présenter ces faits à l’opinion publique dans leur pays  .

 

Les membres du CNDH refusent toute intervention étrangère dans les affaires internes du pays et toute atteinte à la souveraineté de l’état et à la prise du peuple des décisions en toute indépendance.

 

Secrétariat général du Conseil National des droits de l’Homme

.

 

Le président du Conseil national des droits de l'Homme (CNDH) Hossam El-Gheriani  s'est entretenu dimanche ,  avec l'ambassadrice du Danemark en Egypte Pernille Dahler Kardel.

    L'ambassadrice a pris acte des étapes de la publication de la nouvelle Constitution menées au sein de l'Assemblée Constituante.

 El-Gheriani  de sa part, a passé en revue les efforts déployés au conseil et les défis majeurs à relever afin de promouvoir l'itinéraire des droits de l'Homme notamment la loi de création du conseil.

Lire la suite : .

.

Le président du Conseil National des droits de l'Homme (CNDH), Hossam El-Gheriani  s'est entretenu lundi dernirer avec l'ambassadeur d'Espagne en Egypte, Fidel Sendagorta et la directrice de l'Agence espagnole de cooperation internationale  pour le développement (AECID), Maria Cruz.

    La promotion de la  coopération avec l'AECID notamment le projet établi avec le comité de recherches et de développement  législatif ont été au coeur de la reunion.

    L'ambassadeur a salué le rôle d'El-Gheriani a la Constituante et ses efforts déployés en faveur de l'entente entre toutes les forces oeuvrant sur la scène politique, signalant que l'Espagne est prêt à fournir toute aide à ce propos.

.

 

Le président du Conseil National des droits de l'Homme (CNDH), Hossam El-Gheriani s'est entretenu lundi, avec le président de la commission nationale  du Qatar pour les droits de l'Homme,  Ali Al-Mori.

Le vice-président du conseil Abdel Ghafar Choukr  et le secrétaire général Mahmoud Karem ont participé à cette réunion.

Lire la suite : .

Communiqué final Premier tour des legislatives - 28 Novembre 2010-11-30

Avec la clôture du scrutin ,la cellule de suivi des élections dresse le bilan suivant :
1- Le conseil a pu obtenir 6130 autorisations de surveillance pour 54 organismes de société civile de la haute commission électorale (HCE).
2- D'autres organismes les avaient obtenu directement auprès de la HCE .
3- 425 plaintes ont été reçu au Caire ,35 à Sohag et 17 à Beni-Souef et de 19 gouvernorats au long de la journée.  
4-225 plaintes ont été transmis aux autorités concernées dont 88 au coordinateur du ministère de l'intérieur et qui a pu traité 76 plaintes (soit plus que 90%).
5- 200 plaintes sont en voie de traitement par les autorités concernées .
6-28 plaintes sont reçues via SMS de 13 gouvernorats .
7-Aide et consultations juridiques par téléphone pour plus de 500 électeurs ,candidats et délégués .
8- 5 commissions d'enquêtes formées des membres du conseil ,accompagnés de quelques chercheurs s'étaient rendus à dix ciconscriptions pour receuillir leurs informations sur place et suivre les procédures électorales .
Catégoriquement les plaintes ont varié entre :
1- La propagande électorale a continué jusqu'à l'ouverture du scrutin.
2-Fermeture de quelques bureaux de vote avant l'ouverture du scrutin .
3- Recours à la violence et intimidation des électeurs par les partisans de quelques candidats du PND.
4-Les forces de l'ordre ont empêché les électeurs d'atteindre les bureaux de vote .
5- Les délégués de quelques candidats furent empêchés d'atteindre les bureaux de vote.
6- Des observateurs le furent également .
7- Des problèmes logistiques concernant( la liste électorale -bureaux de vote etc….) .
8-Interdire les électeurs de poser leurs bulletins de vote dans les urnes s'ils ne portaient pas la carte électorale bien qu'ils portent leurs cartes d'identité nationales et qu'ils soient inscrits sur la liste d'électeurs. 
9- Les partisans de quelques candidats indépendants ont empêché les électeurs d'atteindre les bureaux de vote.  
10- Manque d'urne électorale transparente .
11- Dans certains bureaux de vote les urnes étaient soustraites aux regards du président du bureau de vote (derrière les rideaux).
|12-Coupure d'électricité dans quelques bureaux de vote.
13-Certains cas de fraudes ont été signalé .
Il est à noter que la cellule de suivi des élections continue ses travaux durant le dépouillement ,le pointage et le second tour prévu le 5 Décembre 2010 .Le conseil va publier son rapport sur tout le processus électoral et va l'inclure en détails dans son rapport annuel et tous les rapports des ONG publiés à cet égard .